L’université idéale

étudiant du 21ìem siècle.

Ce texte fait parti de mes devoirs hebdomadaires du cours français.

Dans les derniers siècles, le système éducatif a été reformé pour faciliter l’accès à l’éducation. Dans beaucoup de pays, l’école est obligatoire et dans de nombreux pays de plus en plus de jeunes rejoignent des institutions universitaires pour approfondir leurs connaissances.

Autrement, la manière d’étudier a peu changé. On se retrouve avec des centaines d’étudiants dans d'immenses amphithéâtres pour écouter l’intervenant qui, soit récite de son livre écrit il y a quelques années, soit essaie d’improviser d’une manière ou d’une autre, mais en tout cas, il n’a aucune chance de s’adresser à l’individu. Le soir, les étudiants vont relire les même livres à la bibliothèque. Aussi muets – la discussion reste imposibble.

Ne pensez-vous pas qu’on puisse faire mieux ?

Les avancées technologiques ont déjà permis d’individualiser beaucoup de services différents à grande échelle. Il est utile de reçevoir des recommandations personnalisées dans la liste des résultats sur Google ou Amazon. Il est tout à fait possible que je m’achète un t-shirt unique sur internet à mon goût. C’est bien que j’aie une certaine flexibilité pour mes horaires de travail et pour le lieu.

Je voudrais bien que les universités apprennent aussi comment faciliter les études en s’adressant à l’individu. Je pense qu’on va arriver déjà dans quelques années. Plusieurs institutions sont en train de se préparer, notamment les universités les plus connues comme l’université Standford, Princeton, Harvard, ETH Zürich, TU München, et même les écoles normales supérieures. Je parle d’un concept qui s’appelle MOOC (en anglais : Massive Open Online Courses; en français : Cours en ligne ouverts à tous). L’idée principale est qu’on enregistre les cours magistaux pour les rediffuser sur demande. On gagne la liberté de suivre les cours où et quand on veut. De plus, c’est moins cher pour les universités à long terme. Souvent, les cours sont gratuits en libre accès.

Avec les ressources humaines, qui ne sont plus obligées de donner les cours sur place, on pourrait mettre en place plus de séminaires avec un nombre de participants moins élevé.

Je souhaite que l’idée des MOOC ait la puissance de révolutionner vraiment la façon d’étudier au XXIe siècle. Il est nécessaire qu’on fasse quelques chose pour adapter le système aux besoins de la génération numérique. Sinon, j’ai peur que cela soit de plus en plus difficile pour les étudiants d’un milieu défavorisé de se rapprocher à la classe moyenne voire supérireure.

Références: